Navigation – Plan du site

1 | 2004
Gecekondu

Sous la direction de Jean-François Pérouse

Voici plus de 50 ans (Vaner et Yerasimos 1988) que le terme de gecekondu – exemple célèbre de l’extraordinaire capacité inventive de la langue turque1 – est utilisé, trop utilisé, le plus souvent sans grand souci de rigueur conceptuelle. De ce fait, le terme a perdu tout son sens, toute sa pertinence et sa force explicative. Comme le dit Ersan Ocak2 dans un article récent (Ocak 2002 : 91), le mot gecekondu relève du « prêt-à-penser», dont la « conceptualisation demeure cruellement insuffisante ». Sorte de topos encombrant de la recherche sur la Turquie contemporaine – inlassablement présenté sous la forme d’un problème constitué a priori –, le mot gecekondu, n’évoque donc plus rien de précis, et ne peut plus être utilisé tel quel sans verser dans un préjudiciable confusionnisme pré-critique. On peut même dire qu’il est devenu scientifiquement contre-productif, si l’on conserve quelque prétention d’ordre scientifique. Il suffit de considérer les multiples champs disciplinaires dans lesquels il est employé de différentes façons – urbanisme, architecture, sociologie, anthropologie, ethnologie, géographie ou science politique – pour faire le constat de la crise de ce terme et de sa trompeuse banalisation. De même, ses diverses traductions en révèlent toute la polysémie : traduit en français par « bidonville », en anglais par slum, shanty, squatter’s house ou squattertown, chacune de ces traductions est une interprétation qui renvoie aux traditions de recherche et d’intervention développementaliste de chaque pays considéré, dont il faudrait avoir conscience, si l’on souhaite construire un langage commun. Donc au lieu de répéter les chiffres habituels, toujours effrayants – un million de gecekondu à Istanbul, par exemple, soit la moitié des constructions ! – une rigoureuse mise à plat s’impose.